Muslim, l’interview

Muslim est un célèbre rappeur marocain. Il a pris le temps de parler à Lcassetta de ses projets, entre son prochain album solo (son sixième), ses featurings, ce qu’il écoute et les messages qu’il fait passer.

Achraf El Fitre : Salut Muslim. Parle-nous un peu de tes actualités et tes futurs projets ?

Muslim : Salam Alaikoum. En ce moment, je suis en train de composer des instrus, écrire et enregistrer mon sixième album solo.

A.E : Est-ce qu’il y a une date exacte de la sortie de ton prochain album ? Et qu’est-ce qu’il contiendra de nouveau ?

: L’album était prévu pour sortir cet été, mais pour des raisons personnelles, la date était repoussée pour la fin de cette année. Peut-être qu’il y aura un peu de changements au niveau des instrumentals, mais je garderai toujours le même style, des sujets profonds et intéressants, tout ce qui peut réveiller les gens et les pousser à changer certaines mauvaises habitudes.

A.E : Tu as déjà dit dans une interview que Al Tamarrod Vol.2 contiendra des collaborations avec des artistes français, américains, et certains du monde arabe. Est-ce que tu tiens toujours tes promesses ?

: Hmmm. Si tu reviens à ma discographie, tu vas remarquer que les collaborations ne sont pas bien nombreuses. C’est juste parce que les featurings, souvent, il faut rencontrer le MC, se mettre d’accord sur l’instrumental et sur le thème, écrire ensemble pour enfin enregistrer ensemble. Parce que envoyer des acapellas par internet chacun de son coin n’est pas très professionnel et ce n’est pas mon truc. Sinon, je n’ai pas encore fait de feats pour Al Tamarrod Vol.2, et pour ne pas vous mentir, je n’ai pas encore y pensé, mais ikoun khir, incha’Allah.

A.E : Penses-tu à réaliser un clip ?

: Oui, on pense à réaliser 3 ou 4 clips de ce nouvel album. Comme je le dis toujours, il te faut du temps pour donner un bon produit. Si c’était juste pour un freestyle ou un single comme Belbala, une journée au studio sera suffisante. Mais moi, j’aimerai réaliser un clip avec une histoire profonde, comme ça même les gens qui n’écoutent pas de rap changent leur idée à propos de cet art.

A.E : As-tu conscience de l’impact que tu as sur les jeunes ados ?

: Très bonne question. De temps en temps, des parents viennent me parler, ils m’encouragent en me disant que leurs enfants m’écoutent tout le temps et apprennent mes chansons par cœur. Et ils me demandent de chanter à propos des études et du sport pour les encourager et les inciter à respecter leurs parents. J’ai même rencontré des gens qui ont commencé à pleurer après avoir écouté une de mes chansons parce qu’ils ont vécu la même situation, ou d’autres qui me disent qu’ils ont arrêté une telle chose parce qu’ils ont écouté une telle chanson.

Quand tu arrives à ce point, tu commences à sentir l’impact que tu as sur le public et ça devient une responsabilité. Tu ne dois pas dire n’importe quoi et tu commences à écrire, réécrire et corriger tes paroles plusieurs fois.

Nombreux sont ceux qui disent que Muslim a changé de style, il n’est plus underground, il n’a plus la rage qu’il avait. La réponse est non, je n’ai pas changé, c’est juste que j’essaye de convaincre tout mon public, adulte, enfant, femme, homme, instruit ou illettré.

A.E : Tu as repris contact avec Don Bigg après l’émission radio ou vous n’avez jamais reparlé après ?

: Non, on n’a jamais parlé après l’émission.

A.E : Comment est-elle ta relation avec L3arbé et les Zanka Flow ? Pourquoi ne pas faire un projet ensemble encore ?

: L3arbé est mon frère avant tout, et Zanka Flow est notre fierté. C’est juste question de temps, et machaghil dial dounia. Mais c’est sûr que je vais collaborer avec Zanka Flow sur mon album.

A.E : Tu parles toujours des faits divers de L7awma. Tu cherches à faire passer quelle image des quartiers que tu fréquentes ?

: L7awma diali est ce qui m’a permis d’être qui je suis maintenant. J’écris sur tout ce qui bon dans mon quartier et tout ce qui mauvais, tout en essayant de passer un message positif, éloigner drari dial l7awma de tout ce qui pourrait leur faire mal.

A.E : Tu écoutes un peu cette nouvelle génération de rappeurs marocains ? Quel est ton rappeur ou ton groupe préféré parmi eux ?

: Pour ne pas te mentir, je n’écoute presque que du rap US, même le rap français je n’en écoute que rarement. Sinon, j’écoute tous les CDs que les rappeurs marocains me donnent, parce que je ne suis pas très connecté et je ne suis pas ce qui passe sur Facebook. Mais Alhamdulillah, le rap marocain est en bonne santé, j’ai écouté quelques groupes et ils m’ont bien plu.

A.E : Pourquoi on ne te voit pas souvent dans les médias ?

: Je reçois plein d’invitations, et si je les refuse, c’est soit que je ne suis pas disponible pour y assister, soit que l’émission ne m’intéresse pas vraiment. Je préfère plutôt assister à une émission qui s’intéresse 100% à la musique que d’autres.

A.E : Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment ? Toujours du Tupac ?

: Oui, c’est vrai. J’écoute du Tupac depuis mes débuts et il reste mon préféré. Mais ça ne veut pas dire qu’il est le seul rappeur que j’écoute bien sûr. J’écoute Tha Dogg Pound, surtout Daz Dillinger, Mobb Deep, Lady Of Rage, The Game, Young Buck, Krs-One et j’en passe.

A.E : Est-ce que c’est vrai que tu lis beaucoup ? Si oui, quel est le dernier livre que tu as lu ?

: Je viens de terminer Al-khoubz Al-hafi (Le pain nu) du tangérois Mohamed Choukri, et je viens de commencer à lire Al-Sir (le secret). Ce dernier est un très bon livre qui permet d’avoir les méthodes efficaces pour être positif dans sa vie et de se développer de manière cohérente et durable.

A.E : C’était tout chef. Un dernier mot pour nos lecteurs et les fans de Muslim ?

: Merci d’abord Achraf pour cette interview que je trouve vraiment intéressante, surtout pour mes fans qui veulent en savoir plus sur moi et mon nouvel album. J’aimerai bien m’excuser auprès d’eux pour  mon absence, mais je leur promet qu’ils excuseront mon retard après la sortie de l’album. J’aimerai aussi leur dire que Muslim kayebghikoum, w dima, jib l3ezz wla k7ez.

Image de prévisualisation YouTube